30) Chapitre XXXV La cure des poux.

Affichages : 697

LA MEDECINE PROPHETIQUE

Par IBN QAYYIM AL JAWZIYYA

 

Chapitre XXXV La cure des poux.

 

Dans les deux «Sahihs», est cité d'après Ka'b Ben Oujra: «Je souffrais d'un dégât à la tête et je fus transporté auprès du Prophète, que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur lui, alors que les poux étaient éparpillés sur mon visage». Il dit: «Je ne savais guère que tu souffrais si fort». Suivant une variante: «Le Prophète lui recommande de se raser la tête, de donner un «Faraq» (une certaine mesure), de grains à six pauvres ou de présenter une brebis, ou qu'il jeûne durant trois jours»

Les poux vivent dans la tête et le corps pour deux raisons: l'une extérieure au corps et une autre cause intérieure.La cause extérieure est la saleté, la crasse formée à la surface de la peau. La cause intérieure provient d'une humeur délétère et moisie, que la nature pousse entre la peau et la chair et qui se moisit par l'humidité - anguine de la peau après sa sortie des pores, engen¬drant ainsi les poi^î. Ce phénomène se produit le plus souvent à la suite des maladies à cause des. îîetés. Les poux se déclarent surtout dans les têtes des garçons qui sont très humides et parce que les garçons s'adonnent à des activités qui entraînent les poux. C'est pour cette raison que le Prophète, que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur lui, a rasé les crânes des enfants de Ja'far.L'un des importants remèdes des poux est le rasement de la tête pour déboucher les pores et permettre aux vapeurs délétères d'en sortir pour affaiblir la matière de l'humeur. La tête devra être enduite ensuite de médicaments aptes à tuer les poux et les empêcher d'exister.(1) C'était une expiation qui avait lieu du temps du pèlereinage avant de terminer les rites et de se dèsaccraliser.
Le rasement du crâne revêt trois formes dont la première est un sacrifice et une bonne œuvre, la deuxième, une innovation et un polythéisme et la troisième un besoin et un remède. Le premier genre de rasement se fait durant l'une des deux rites: le pèlerinage et la visite des lieux saints. Le deuxième genre consiste à se raser pour plaire à un autre qu'Allah qu'il soit loué, tel que le font les adeptes des cheikhs de sorte que l'un d'eux dise: «Je me suis rasé le crâne pour un tel et tu l'as rasé pour un tel», comme s'il aurait dit: «Je me prosterne devant un tel». Le rasement est un acte de soumission, de dévotion et d'humiliation, et contribue à l'accomplissement du pèlerinage.

Al Chafî'i, qu'Allah lui soit miséricordieux estime même que cet acte est l'un des piliers du pèlerinage qui le complète car il consiste à remettre les toupets entre les mains d'Allah en signe de soumission à Sa grandeur et d'humiliation devant Sa puissance.Il constitue l'un des plus importants genres de dévotion. Pour cela, lorsque les Arabes voulaient avilir leurs prisonniers et les émanciper, ils leur rasaient le crâne et les libéraient. Les cheikhs les plus égarés et les compétiteurs de la divinité, qui se fondent sur l'association et l'innovation, ont voulu que leurs disciples s'asservis¬sent et leur ont recommandé de [se raser les têtes] et de se prosterner devant eux et l'ont différemment appelé en disant: c'est la remise de la tête entre les mains du cheikh. Par Allah, la prosternation devant Allah est la remise de la tête entre les mains d'Allah qu'il soit glorifié.

Ces cheikhs ont de même recommandé à leurs adeptes de leur adresser les vœux, de les revenir et de jurer par leur nom. Ce sera les prendre pour des dieux et des divinités en dehors d'Allah. Allah qu'il soit exalté, a dit: «II ne conviendrait pas à un être humain à qui Allah a donné le Livre, la Compréhension et la Prophétie, de dire ensuite aux gens: (II n'est pas admissible qu'un homme à qui Dieu a donné le Livre et la Sagesse et le don de prophétie, dise à ses semblables: «Adorez-moi à l'exclusion de Dieu».

Il devra leur dire au contraire: «Soyez les serviteurs de Dieu, vous qui connaissez le Livre et qui l'enseignez». H est non moins admissible qu'il leur prescrive de prendre les anges et les prophètes pour des divinités. Va-t-il vous inciter à redevenir infidèles après avoir été soumis?) [Coran III, 79, 80]. La plus noble soumission est celle de la prière que les cheikhs et les imitateurs des savants et des puissants ont partagée. Les cheikhs se sont alors arrogé le plus noble de cette soumission qui est la prosternation.

Les imitateurs des savants et des personnes influentes pratiquent l'inclinaison et s'ils se rencontrent, ils s'inclinent comme le prieur qui s'adresse à Allah. Les puissants d'entre eux s'arrogent le relèvement de sorte que les libres et les esclaves se lèvent en guise de soumission à eux alors qu'ils demeurent assis. (A savoir que la prosternation, l'inclinaison et le relèvement sont des actes essentiels de la prière).

Le Prophète, que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur lui, a prohibé ces trois actes car leur accomplissement contredit ouvertement ses paroles. Il a ainsi interdit la prosternation devant un autre qu'Allah disant: «Nul ne devra se prosterner devant un autre». Il a dévoué l'acte de Mou'az lorsque celui-ci lui se prosterna, disant:«Cesse».La prohibition de ceci est nécessairement édicté par la religion. Celui qui le tolère pour un autre qu'Allah, accomplirait un acte d'aversion contre Allah et Son Messager, ce qui constitue le plus vil asservissement. Si [cet associateur] permet ce genre d'actes aux gens, il aura permis la soumission à un autre qu'Allah.

Il est véridique qu'on a demandé au Prophète: si un homme rencontre son frère, devra-t-il s'incliner devant lui?Il répondit négativement.

On lui dit: devra-t-il lui donner une accolade et l'embrasser? Il répondit négativement. On lui dit: devra-t-il lui serrer la main? Il répondit positivement.L'inclinaison durant le salut est une prosternation. D'où ces paroles d'Allah qu'il soit exalté: (Entrez par la porte en vous prosternant) c'est à dire en vous inclinant étant donné qu'on ne peut plus entrer en se prosternant.Le Prophète a prohibé qu'on se tienne debout en sa présence alors qu'il est assis tel que les étrangers qui se glorifient et s'honorent.

Il a même interdit ceci durant la prière et leur ordonna que s'il prie assis, ils devront eux-mêmes prier assis s'ils sont sains et n'ayant aucune excuse, alors qu'ils ne doivent se lever que pour Allah. Qu'en sera-t-il alors si le lever serait une glorification d'un autre qu'Allah et une soumission à un autre que Lui, qu'il soit loué!La visée de ces paroles est que les âmes ignorantes et égarées ont annulé la soumission à Allah, qu'il soit loué, en Lui associant des êtres qu'ils honorent, en se prosternant à un autre qu'Allah, se soumettant à lui, s'inclinant devant lui comme dans une prière, jurant par son nom, faisant un vœu pour lui, se rasant le crâne pour lui, égorgeant les animaux en offrande pour lui, faisant des tournées processionnelles autour d'une autre maison que la Maison Sacrée, le glorifiant par l'amour, la peur, l'espoir et l'obéissance comme on glorifie Allah, même plus, et l'ont traité sur un pied d'égalité avec le Maître des mondes.

Ceux-ci contredisent le message des envoyés, tout en reconnaissant un égal à Allah. Ils disent en se querellant avec leurs divinités à l'enfer: (Par Allah! Nous nous sommes manifestement trompés en vous assimilant au maître de l'Univers) [Coran XXIV, 97,98].Et c'est d'eux qu'Allah a dit: (Il y a des hommes pour qui Allah a des égaux qu'ils aiment autant que Lui. Mais pour ceux qui ont la foi, l'amour d'Allah prime tout) [Coran II, 161].Ceci tient de l'association et Allah ne pardonne pas à ceux qui reconnaissent un égal à Lui.C'était un chapitre concernant la méthode du Prophète dans le rasement de la tête, renfermant l'essentiel dans ce cadre. Et Allah est omniscient.

comments